Déchanger, un vieux mot de l’enfance

Déchanger
Nature : v. intr. et pron.
Prononciation : dé-chan-gé
Etymologie : Dé…. préfixe, et changer

Quand j’étais petite, dans mon Abitibi natale, lorsqu’on revenait de l’école, ma mère nous demandait d’aller nous déchanger. Cela voulait dire qu’on devait aller enfiler notre linge « de semaine » pour remplacer nos vêtements d’« école ».  Cela sous-entendait aussi qu’on avait de l’ouvrage pas toujours « propre » à faire. Pas vider un bar ni aller payer une « saloperie de job » avec une enveloppe brune, par exemple (ça, c’est de l’ouvrage « propre sale »!). Que non! De la vraie ouvrage pas propre comme corder du bois, soigner les poules, faire le train, le ménage et autres travaux souvent salissants que j’« haguissais ».

Et curieusement, lorsqu’on devait s’habiller proprement, on disait toujours aller se changer. Du moins dans mon souvenir.

Dans Le glossaire du parler français au Canada [PUL, 1968], on dit que ce mot dialectal a la même signification que le mot dischanger en Ardenne.

 

Publié par

Dominique Fortier

Je viens de la terre et je sais que j’y retournerai. Entre-temps, autant profiter de la vie. Des fois travail, des fois lecture, des fois voyages, des fois aquarelle ou peinture, des fois grandes marches, des fois « rien pantoute ». Et là, blogue sur la langue, mais pas seulement… Une fois par mois, je publie également une de mes œuvres en ligne (on peut voir l’ensemble des œuvres que je vends à l’adresse suivante : fineartamerica.com/profiles/dominique-fortier.html).

2 thoughts on “Déchanger, un vieux mot de l’enfance”

  1. Ben, c’est vrai aussi qu’on devait aller enlever notre « linge du dimanche », mais comme cela se produisait après la messe, on disait pareil aller « se déchanger ».

    Mais on disait toujours aller « se changer » pour passer notre « linge du dimanche » ou notre « linge propre » avant d’aller à la messe ou de faire une visite chez quelqu’un, par exemple.

  2. À Québec, on devait être encore plus pieux qu’à la campagne. Ici, nous allions nous changer, enlever notre linge « du dimanche »…

Vos commentaires sont les bienvenus!