Dans nos vieilles maisons

À Grégoire, qui a gardé son cœur d’enfant.
aquarelle-chaise-bercante-artiste-dominique-fortier-watercolor. Chaise berçante sur un tapis tressé dans une vieille maison québécoise - vieux poêle à bois, portes doubres, bombe bouilloire - décorations de Noël dans le temps des Fêtes, ange et sapin et canne en bonbon et lumières et boules. Rocking chair on a braided rug in an old French Canadian house, with a wood stove during Christmas time.

Dominique Fortier
Dans nos vieilles maisons, 2013
Aquarelle sur papier à grain fin
18 x 12 cm
SPI
Le titre de l’aquarelle que vous voyez m’est venu de la chanson Dans nos vieilles maisons, interprétée par Muriel Millard, du temps de l’émission Soirée canadienne (dans les années 1960), que mon père écoutait religieusement toutes les semaines et qui se fâchait parce qu’on se moquait de lui.

Voici d’abord l’interprétation par Muriel Millard, l’originale et classique (accompagnée des paroles), suivie de celle qu’en a faite le groupe La Bottine Souriante sur le disque La Mistrine (1994), que j’adore pour son adaptation moderne, son entrain, les cuivres et la voix sans pareille d’Yves Lambert. Remarquez la croix noire (la croix de tempérance) dans les deux vidéos. Elles étaient partout dans « les bonnes maisons canadiennes ».

La Bottine Souriante sur le disque La Mistrine (1994)

Et comme j’étais en train de terminer mon aquarelle dont la figure centrale est la chaise berçante, on a annoncé le décès de Frédéric Back. Puis on a montré des extraits de Crac!, son film d’animation qui porte sur une chaise berçante et ce qu’il advient d’elle au fil du temps. Me sont revenus toutes sortes de souvenirs de coutumes et d’objets anciens liés à la société québécoise et à ses vieilles maisons. Le thème est si proche de ce que je voulais illustrer (le brio de Frédéric Back en moins) que je n’ai pas pu résister au plaisir de l’intégrer à mon billet de fin d’année. En hommage donc à ce créateur immense qui a aimé le Québec comme s’il y était né, et surtout qui a su en percevoir et en décrire l’âme de manière si juste et si poétique. Adieu monsieur Back, vous allez nous manquer.

PAROLES (Muriel Millard) :
Si vous voyagez un brin du côté de Saint-Quentin
Dites bonjour à mes parents qui habitent le cinquième rang.
Vous pouvez pas les manquer, prenez le chemin pas pavé
Près de la maison vous verrez, y’a une croix qu’on a plantée.
En vous voyant arriver, maman ôtera son tablier
Et dira : « Mais entrez donc, passez donc dans le salon ».
Les planchers tout frais cirés qu’on ose à peine marcher
Un bouquet de fleurs des champs embaume l’appartement.
Que c’est charmant chez nos parents
Ce que ça sent bon dans nos vieilles maisons.

Sitôt que vous serez entrés, il faudra vous dégreiller [sic]
On vous garde pour le souper, car ce soir y’a une veillée
On vide la chambre des garçons, roule le tapis du salon
Heureux, le père tire une bouffée en attendant les invités.
Les voisins arrivent gaiement avec leur douzaine d’enfants.
On monte en-haut les coucher, cinq par lit, on est tassés.
Quand ils sont tous endormis, on ferme la porte sans bruit
On descend le cœur joyeux en entendant les violoneux.
Ah! ce que c’est gai dans nos veillées
Ce que ça sent bon dans nos vieilles maisons.

Pour ceux qui prennent un petit coup, papa sort son caribou
Quand on est bien réchauffés, on s’invite pour danser
Ti-Jean avec Joséphine, le grand Jos et Caroline
Thérèse avec Poléon et puis les maîtres de la maison.
Les violons sont accordés, les musiciens tapent du pied
C’est Nésime (Titine) qui va câler le premier set de la veillée.
Swinger là sur ce plancher-là, les gigueux sont un peu là
Thérèse qui étouffait est allé ôter son corset
Dansons gaiement, c’est le bon temps
Du rigodon dans nos vieilles maisons.

Et pis c’est le temps du réveillon, la mère a fait des cretons
Du ragoût de pattes de cochons, des tourtières, du jambon
Pour dessert, y’a sur la table, notre bon sirop d’érable
Des beignes, de la crème d’habitant,
Les ceintures changent de cran.

Après avoir trop mangé qu’on peut à peine souffler
Des histoires on va conter : rire ça fait digérer
Déjà cinq heures du matin, la veillée tire à sa fin
On réveille les enfants, on s’dit : « Au revoir » en baîllant
Au Canada, ça s’passe comme ça
La vie a du bon, dans nos vieilles maisons.

C’est la tradition dans nos vieilles maisons.
(Excusez-la!)
Retour en haut

______________________________________________________________
Sources :
Vidéo et paroles de Muriel Millard tirées de YouTube :
http://www.youtube.com/watch?v=Fort1F642-s&html5=1
Site de La Bottine Souriante pour la discographie : http://www.bottinesouriante.com/discogaphie-2683-fr.html
Site de Frédéric Back :
http://www.fredericback.com/cineaste/filmographie/crac/media_synopsis_V_1237.fr.shtml

Réminiscences ┃Décembre 2013

Pour le temps des Fêtes en général et à Flore en particulier, pour sa fête

Le titre de l’aquarelle que vous voyez m’est venu de la chanson Les trois cloches, et plus particulièrement de la première phrase, Village au fond de la vallée.

Suivent l’interprétation de cette chanson par les Compagnons de la chanson ainsi que les paroles, qui me reviennent sans cesse en tête, en ce temps de Noël, lorsque je regarde cette image, peut-être en raison de la nostalgie qui s’en dégage.

Village au fond de la vallée : aquarelle sur papier à grain fin, 18 x 12 cm. Artiste : Dominique Fortier. (sapins, église, maisons, couronne, clôture de bois, thème de Noël). Illustre aussi l'article L’Estrie – Histoire, toponymie et terminologie, rédaction par Dominique Fortier (réviseure - French Editor), publié dans le blogue L'Hebdomadaire des réviseurs sur le site de l'Association canadienne des réviseurs. Paru le 4 décembre 2013. Watercolour (small village that could be in Eastern Townships, with a church and houses, during Christmas time) by artist that wrote the post on Estrie for the blog of The Editors' Association of Canada named The Editors' Weekly. Published on December 4, 2013.

Dominique Fortier
Village au fond de la vallée, 2012
Aquarelle sur papier à grain fin
18 x 12 cm
Québec


Paroles et musique : Jean Villard
Village au fond de la vallée
Comme égaré, presque ignoré
Voici qu´en la nuit étoilée
Un nouveau-né nous est donné
Jean-François Nicot il se nomme
Il est joufflu, tendre et rosé
À l´église, beau petit homme
Demain tu seras baptisé

Une cloche sonne, sonne
Sa voix, d´écho en écho
Dit au monde qui s´étonne :
« C´est pour Jean-François Nicot
C´est pour accueillir une âme
Une fleur qui s´ouvre au jour
À peine, à peine une flamme
Encore faible qui réclame
Protection, tendresse, amour »

Village au fond de la vallée
Loin des chemins, loin des humains
Voici qu´après dix-neuf années
Cœur en émoi, le Jean-François
Prend pour femme la douce Élise
Blanche comme fleur de pommier
Devant Dieu, dans la vieille église
Ce jour, ils se sont mariés

Toutes les cloches sonnent, sonnent
Leurs voix, d´écho en écho
Merveilleusement couronnent
La noce à François Nicot
« Un seul cœur, une seule âme »
Dit le prêtre, « et pour toujours
Soyez une pure flamme
Qui s´élève et qui proclame
La grandeur de votre amour »

Village au fond de la vallée
Des jours, des nuits, le temps a fui
Voici qu´en la nuit étoilée
Un cœur s´endort, François est mort
Car toute chair est comme l´herbe
Elle est comme la fleur des champs
Épis, fruits mûrs, bouquets et gerbes
Hélas, tout va se desséchant

Une cloche sonne, sonne
Elle chante dans le vent
Obsédante et monotone
Elle redit aux vivants :
« Ne tremblez pas, cœurs fidèles
Dieu vous fera signe un jour
Vous trouverez sous son aile
Avec la vie éternelle
L´éternité de l´amour »

Lien de la vidéo accompagnée des paroles :
http://www.youtube.com/watch?v=CQoFxI7oWsk&html5=1

L’Estrie – Histoire, toponymie
et terminologie

Village au fond de la vallée : aquarelle sur papier à grain fin, 18 x 12 cm. Artiste : Dominique Fortier. (sapins, église, maisons, couronne, clôture de bois, thème de Noël). Illustre l'article L’Estrie – Histoire, toponymie et terminologie, rédaction par Dominique Fortier (réviseure - French Editor), publié dans le blogue L'Hebdomadaire des réviseurs sur le site de l'Association canadienne des réviseurs. Paru le 4 décembre 2013. Watercolour (small village that could be in Eastern Townships, with a church and houses, during Christmas time) by artist that wrote the post on Estrie for the blog of The Editors' Association of Canada named The Editors' Weekly. Published on December 4, 2013.
Village au fond de la vallée

Dans un article précédent, j’ai abordé les toponymes Estrie et Cantons-de-l’Est sous leur angle actuel, en tant que région administrative ou touristique.

Mais voyons ce qu’il en est de l’occupation du territoire de cette région et des aménagements linguistiques qui en ont découlé au fil du temps.

1792-1857 : À la fin du XVIIIe siècle, le gouvernement colonial du Bas-Canada (Québec) crée un comté destiné « à tous ceux qui désirent s’établir sur les terres de la Couronne dans la Province du Bas-Canada », c’est-à-dire aux loyalistes et aux colons britanniques, écossais et irlandais qui ne désirent pas s’intégrer au régime des seigneuries. Le premier canton concédé est celui de Dunham, au nord du lac Champlain, créé en 1796, mais ce n’est qu’une dizaine d’années plus tard que la région prend le nom officiel d’Eastern Townships of Lower Canada (Québec), par opposition aux Western Townships of Upper Canada, créés au Haut-Canada (Ontario). Ce nom sera bientôt simplifié en Eastern Townships1.

région historique des Eastern Townships : Illustration tirée de la page Cantons-de-l’Est ou Estrie? de la CEFAN. L’occupation du territoire influe sur l’évolution terminologique d’un toponyme. Dominique Fortier remonte le temps et refait le chemin parcouru par les appellations Eastern Townships, Cantons de l’Est et Cantons-de-l’Est pour parvenir à la forme actuelle Estrie. Article publié dans le blogue L’Hebdomadaire des réviseurs de l'Association canadienne des réviseurs / Post published on the blog The Editors’ Weekly from The Editors' Association of Canada.
La région historique des Eastern Townships comprend grosso modo tous les cantons qui s’étendent depuis le Richelieu à l’ouest jusqu’à la Chaudière en Beauce et l’Etchemin à l’est, près de la frontière américaine, ainsi que les concessions situées hors des seigneuries traditionnelles en bordure du Saint-Laurent au nord et la frontière américaine au sud.
Illustration tirée de la page Cantons-de-l’Est ou Estrie? de la CEFAN.

Les loyalistes s’établissent dans plusieurs des cantons voisins des États actuels du Maine, du New Hampshire et du Vermont — d’où les nombreuses dénominations anglaises en Estrie — dès la fin du XVIIIe siècle. Les Britanniques et les Canadiens français, ces derniers surtout vers le milieu du XIXe siècle — l’expression va alors se franciser —, s’y installent à leur tour.

1858-1965 : L’appellation Cantons de l’Est, qui traduit « Eastern Townships », est lancée par Antoine Gérin-Lajoie, puis adoptée dans son roman Jean Rivard (1862‑1864).

1946 : Mgr Maurice O’Bready, secrétaire général de la Société historique des Cantons de l’Est, qui deviendra la Société d’histoire de Sherbrooke, crée le terme Estrie. Le toponyme Estrie a retenu l’élément est auquel on a ajouté la finale trie; celle-ci caractérise certains noms anciens de la langue romane comme Neustrie en France, qui signifiait « région qui n’est pas à l’est ». Selon monseigneur O’Bready, « la désinence trie porte elle-même un sens bien adapté : une trie est une “terre riche et féconde” »2.

1966-1980 : L’appellation Cantons-de-l’Est est le premier nom à désigner les régions administrative et touristique de l’Estrie.

1981- : L’expression Cantons-de-l’Est s’utilise toujours pour parler de la région touristique (voir Dans quelle région se trouve Lac-Mégantic? En Estrie ou dans les Cantons-de-l’Est? pour le découpage du territoire touristique).

1981- : Le terme Estrie remplace Cantons-de-l’Est dans la désignation de la région administrative (voir Dans quelle région se trouve Lac-Mégantic? En Estrie ou dans les Cantons-de-l’Est? pour le découpage du territoire administratif).

Le tableau qui suit présente les différentes appellations utilisées pour nommer l’Estrie au fil du temps, en français et en anglais. Il pourra servir de guide aux langagières et aux langagiers (en rédaction, en traduction ou en révision) en ce qui a trait à l’utilisation du vocable qui convient le mieux pour nommer cette région dans les textes de nature historique surtout, mais également contemporaine.

tableau-vocables-pour-nommer-lestrie-dans-les-textes-de-nature-historique, Eastern Townships, Cantons de l'Est, Cantons-de-l'Est région touristique, Estrie région administrative, réalisation et montage du tableau par Dominique Fortier, réviseure. The different names of the Estrie (Eastern Townships) region. Table prepared and edited by Dominique Fortier, French Editor, at www.revisionpro.ca
______________________________________________________________

1. Tiré de la page Cantons-de-l’Est ou Estrie? du site de la Chaire pour le développement de la recherche sur la culture d’expression française en Amérique du Nord (CEFAN).

2. Tiré de la fiche descriptive de l’Estrie du site de la Commission de toponymie du Québec.

Note : Les personnes qui s’intéressent à l’appellation officielle des régions administratives et touristiques du Québec dans son ensemble peuvent consulter la page Tableau comparatif des régions administratives et touristiques du Québec sur le site de la Commission de toponymie du Québec.