De mer et de bateaux en chansons

… suite de Rendez-vous 2017

De mer et de bateaux en chansons

Si les bateaux (Gilles Vigneault – paroles)

Marie Denise Pelletier

Nicole Croisille

Quand les bateaux s’en vont (Gilles Vigneault / Pierre Calvé – paroles)

Pierre Calvé

Quand les bateaux s’en vont par Pauline Julien

Pendant que (Gilles Vigneault- paroles)

Vigneault et Desjardins

Monique Leyrac

Rétrospective du chanteur marin marin chanteur voyageur nostalgique Pierre Calvé en perpétuelle partance.

La mer malgré soi, douleur : 1755 – Évangéline

Évangéline, par Marie-Jo Thério, cette voix, pour Claude Léveillée, en 2001

Marie-Jo, pour le 400e de Québec

Natasha St-Pier parce qu’elle aussi, c’est une méchante voix!

Les mots et les images en racontent aussi l’histoire

Mise en contexte de la Déportation

Très intéressant, quoique bourré de fautes de français. Essayez de passer par-dessus.

Lecture à l’avenant

Antonine Maillet. Pélagie-la-charrette, Montréal, Leméac, 1979, 314 p. Collection Les Cahiers Rouges.

Résumé

Pélagie-la-Charrette (1979), roman d’Antonine Maillet, raconte le voyage épique de la veuve Pélagie LeBlanc. À la fin des années 1770, Pélagie quitte le Sud de l’Amérique pour ramener son peuple acadien (voir Acadie) (déporté dans le Sud en 1755) à Grand Pré. Son voyage est une double odyssée : les « gens des charrettes » sont hantés par la charrette fantôme, la charrette de la mort associée à Bélonie, le vieux conteur d’histoires qui accompagne les pèlerins. Ils sont aussi hantés par le bateau fantôme, plus concret, une goélette anglaise prise par le bien-aimé de Pélagie, le capitaine Beausoleil-Broussard, lui aussi dévoué au rapatriement de son peuple.

« Pélagie-la-Charrette » incarne les forces de la vie et survit aux nombreuses générations de conteurs d’histoires querelleurs qu’elle inspire. En entremêlant le folklore et les légendes acadiennes, les emprunts à la Bible et aux classiques, à Rabelais et à d’autres sources, Maillet tire profit, avec humour et force poésie, des liens étroits qui unissent l’histoire, la tradition orale, l’imagination et la littérature. Ce roman est le premier ouvrage étranger à recevoir le prix Goncourt (en France). La traduction, de Philip Stratford, paraît en 1982. (http://encyclopediecanadienne.ca/fr/article/pelagie-la-charrette/)

Terra incognita – Cette œuvre devait s’appeler Une île, à l’origine, parce que je n’avais que la chanson de Serge Lama en tête en la regardant. Mais les choses ont évolué, car j’ai rajouté des éléments à l’original, et cela a abouti en un tryptique. Voici les titres des trois aquarelles : 1- Terra incognita; 2- Exploration; 3- Peuplement / Settlement.

Une île

Photography Prints

Serge Lama (1969)

Nana Mouskouri
En français

En anglais

Rions un peu : histoires de bateaux

J’étais sur mon bateau… (Rémy Girard)

Roger Goéland (Rémy Girard) aux (lundis des Ha ha). Pas ben bon, mais ben drôle.

Lecture à l’avenant

Jerome K. Jerome. Trois hommes dans un bateau (Sans oublier le chien!), Édition Ebooks libres et gratuits. Parution le 05/01/2006. (https://www.ebooksgratuits.com/ebooks.php = des .epub impeccables, mieux faits que ce que l’on trouve sur Amazon et autres vendeurs de livres classiques).
Téléchargement gratuit dans ces divers formats
Mobipocket : 311 Ko | eReader : 267 Ko | PDF : 658 Ko | Source Word : 260 Ko | HTML : 638 Ko | Sony Reader : ++ | ePub : 215 Ko

Le rendez-vous… manqué

Claude Léveillée

La/Ma Pauline la chante aussi

Après ça, de deux choses l’une : ou vous mettez vos bottes de rubber et votre gilet barré bleu pis vous grimpez au nid de pie dans la cour en arrière pour voir le monde et l’horizon, ou vous vous trouvez de bons livres sur les voiliers.

Mon amie s’expose

Céline Pelchat, exposition, du 4 mai au 30 juin 2017, expo, autres plaisirs, peinture, culture, art, huile sur toile, 16 tableaux, Trois-Rivières, cinéma Le Tapis Rouge, expace d’exposition du cinéma Le Tapis Rouge à Trois-Rivières, espace d’exposition, personnages, visages, Murmures = huile sur toile de Céline Pelchat, quoi faire à Trois-Rivières; infographie Dominique FortierAujourd’hui, dans la catégorie Autres Plaisirs, je vous présente mon amie Céline. Elle peint des personnages qui sont autant de facettes de son moi profond, mais que chacune et chacun a le loisir d’interpréter à sa façon. On peut voir ses œuvres dans un espace d’exposition de Trois-Rivières.

OÙ?
Cinéma Le Tapis Rouge
Cinéma indépendant projetant des films internationaux et d’auteur, abritant un café avec espace d’exposition.
1850, rue Bellefeuille, Trois-Rivières (Québec)  G9A 3Y2

QUAND?
Du 4 mai au 30 juin 2017

CONTACTS
Une exposition de Céline Pelchat

À propos de l’artiste

Céline Pelchat est Abitibienne de naissance. Ses études et sa carrière dans le secteur de la santé l’amènent à habiter d’abord à Longueuil, puis, au fil du temps, à Trois-Rivières et à Maskinongé.

À sa retraite, elle s’initie à la peinture intuitive. Ce mode d’expression spontané et instinctif lui permet de mieux comprendre et d’exprimer ce qui l’habite.

Elle aime. Elle s’adonne à son art avec plaisir, joue avec les couleurs et les formes jusqu’à ce qu’un regard ou encore l’esquisse d’une bouche fassent surgir un visage sur sa toile. Des images aux couleurs riches en résultent, et les personnages des tableaux qui s’imposent à elle l’étonnent toujours.

Elle explore. Elle poursuit sa recherche en autodidacte et apprend. Ainsi, elle potasse des bouquins d’art, raffine sa technique de dessin des visages et peaufine ses textures et ses couleurs.

Elle évolue. Récemment, elle découvre l’art du haïku — petit poème en trois lignes — et entreprend de traduire en mots les sentiments et les émotions qui émergent de ses sujets. Ainsi, l’écriture nourrit son incessante exploration de soi. Par conséquent, l’image s’inscrit dans un autre cadre.

Elle vous accueille dans son univers.

 

 

Haïku du 8 mars et autres considérations par rapport à la condition des femmes

Haïku du 8 mars en trois temps

Femme deboutte

Photography Prints
femme deboutte
ma grand-mère s’est fait dire ça
pepére la battait

Photography Prints
femme deboutte
ma mère s’est jamais fait dire ça
c’est elle qui « runnait »

Photography Prints
Photography Prints
femme deboutte
question d’équilibre ça
j’essaie et je vais

Le discours officiel

Publicité du gouvernement du Québec à l'occasion de la Journée internationale des femmes; tirée du Soleil du 8 mars 2017.
Publicité du gouvernement du Québec à l’occasion de la Journée internationale des femmes; tirée du Soleil du 8 mars 2017.

C’est vrai, mais la résistance est encore énorme.

La réalité

Les trolls sont « dull »

Art Prints
Aux femmes journalistes féministes qui ont abandonné leur blogue et qui l’ont dit (ainsi qu’à toutes celles qui subissent l’intimidation des trolls sans le dire ou les dénoncer par manque de tribune), sachez que mes pensées vont vers vous et que vous avez toute mon admiration pour avoir tenu si longtemps. J’espère que d’autres filles vont se lever deboutte et prendre la relève.

Même Francine Pelletier, aujourd’hui dans Le Devoir (8 mars 2017 : Le Québec nouveau n’est pas (encore) arrivé), raconte qu’elle se fait traiter de « vieille-truie-mal-baisée qui-ne-sais[probablement sic le gars]-jamais-de-quoi-elle-parle ». Francine Pelletier dans Le Devoir du 8 mars 2017 : Le Québec nouveau n'est pas (encore) arrivé« Vieille » parce qu’elle a passé 22 ans et quart? « Truie-mal-baisée » parce qu’une fille n’est jamais qu’une poule pas de tête se promenant la brassière en l’air en quête inavouée de sexe, un cul provocant par définition, qui n’a jamais joui parce qu’elle n’a jamais rencontré de vrais hommes — comme LUI en l’occurrence, parce que ç’aurait été différent, pas pareil, hein?… (Encore et toujours la même rengaine blessante et humiliante qui vise à rapetisser; levez la main celles qui ne l’ont jamais entendue.). Et « qui-ne-sais-jamais-de-quoi-elle-parle » parce qu’elle dit des choses si vraies qu’elles dérangent les trolls de c… qui ne veulent pas les entendre et qui veulent la faire taire en la discréditant?

Francine a la couenne dure et ne s’en laisse pas imposer, et c’est pour ça qu’on l’adore. Lâche pas « ma vieille »!

Et honte aux trolls « dull »!