Création du mois┃Juin 2015
Ah! la belle vie

Photography Prints
Dominique Fortier
La belle vie⎮The Good Life, 2015
Aquarelle sur papier à grain fin
18 x 13 cm (7 x 5 po)
Québec

Ah! la belle vie. Quoi de plus agréable que de se la couler douce sur le bord d’un lac, un brin d’herbe entre les dents, la tête dans les nuages. Imaginez-vous par une belle et chaude journée d’été, les grillons stridulent, l’air embaume et vibre, brassé par une brise délicate. C’est le bonheur, vous êtes heureux.

Moi, c’est à ça que je commence à rêver dès que le temps se réchauffe et qu’on peut dormir les fenêtres ouvertes. C’est aussi à ça que je rêvassais à l’école lorsque la maîtresse ouvrait les fenêtres par les chaudes journées de juin.

Voici La belle vie selon Sacha Distel, qui lui parle plutôt d’amour et de « break » de blonde ou de « chum ». C’est un peu vrai, quoique la fin soit passablement gne-gne.

Ô! la belle vie
Sans amour
Sans souci
Sans problème.
Hum! la belle vie
On est seul
On est libre
Et l’on s’aime.
On s’amuse à passer avec tous ses copains
Des nuits blanches
Qui se penchent
Sur les petits matins.

Mais la belle vie
Sans amour
Sans souci
Sans problème.
Oui la belle vie
On s’en lasse
On est triste
Et l’on traîne.
Alors pense que je t’aime
Et quand tu auras compris
Réveille-toi
Je serai là
Pour toi.

Allez! Bon été, là.

La grand’Bartine

Son vrai nom, c’était Albertine. Albertine Dubreuil, si je me souviens bien. C’était une grande et grosse femme blonde, qui semblait venue directement des pays scandinaves : une walkyrie.

La grand’Bartine était la chanteuse soliste dans le chœur de chant de l’église du village, où mon père chantait également.

village-eglise-bonhomme-de-neige_church-snowman. 2012-A13-aquarelle_watercolour, watercolour, nordic village; village nordique; clôture en perches; clôture de perches; clôture de bois; maisons; houses; artist: Dominique Fortier, Quebec, PhotoDominiqueFortier; signed artwork; oeuvre signée; on paper; sur papierElle avait une voix, mes amis, une voix! d’or, de velours, de chanteuse d’opéra, riche, onctueuse et puissante avec ça.

À la messe de minuit, quand elle entonnait le Minuit, chrétiens (paroles), on aurait pu entendre voler une mouche. Sortant de sa plantureuse poitrine, sa voix, cette voix — comme l’a chanté Gerry Boulet —, s’élevait du jubé pour emplir l’espace de sa sonorité céleste et redescendre nous envelopper de beauté. Elle nous glissait dans les oreilles, ronde, chaude, veloutée, somptueuse, voluptueuse, comme une écharpe de soie glisse délicatement d’une épaule de femme. Les poils nous en levaient sur la peau.

La grand’Bartine ne l’a peut-être jamais réalisé, mais elle nous offrait là un cadeau inestimable : un instant de pur bonheur, intemporel, qui confine au sublime, de félicité païenne parfaite (la jouissance par l’oreille) dans une Église catholique par ailleurs si oppressante.

Je ne sais pas pour les autres, mais en ce qui me concerne, c’était une messe que je ne voulais pas manquer. J’y assistais pour me régaler des chants de Noël de la chorale et pour entendre la grand’Bartine pousser son Minuit, chrétiens.

Si la grand’Bartine avait été un homme, elle aurait été Richard Verreau. Même texture de velours dans la voix. Je ne crois pas qu’il existe d’enregistrement de la grand’Bartine (trop loin et trop creux, le village; trop loins l’époque et les moyens techniques). Mais on peut encore se faire plaisir en écoutant le Grand Richard Verreau.

Par Richard Verreau l’Unique Continuer la lecture de La grand’Bartine

Œuvre du mois⎮Octobre 2014

Photographie numérique : Carreau de faïence émaillée appelé « azulejo » portant l’inscription « La cigale »; artiste : Dominique Fortier. Faïence ware tile called ‘azulejo’ with the French word ‘La cigale’, meaning ‘the cicada’.

Carreau de faïence émaillée appelé « azulejo »
Photographie numérique
Porches (Algarve), Portugal

Cet azulejo me rappelle la fable La Cigale et la Fourmi de Jean de La Fontaine (1621‑1695). La voici donc, originale et modifiée et en vidéos et en plusieurs langues, ce qui montre la popularité de cette œuvre.

Du côté de l’intégrale en français

Paroles de la fable
La Cigale, ayant chanté
Tout l’été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue :
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
« Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l’Oût, foi d’animal,
Intérêt et principal. »
La Fourmi n’est pas prêteuse :
C’est là son moindre défaut.
Que faisiez-vous au temps chaud?
Dit-elle à cette emprunteuse.
— Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
— Vous chantiez? j’en suis fort aise.
Eh bien! dansez maintenant.

Charles Trenet nous la chante  :

Du côté des comiques savoureux et irrévérencieux

Pierre Perret en argot :
La Cigale et la Fourmi
Auteur : Jean de la Fontaine
Paroles nouvelles et musique :
Pierre Perret – © Editions Adèle 1995

La Cigale reine du hit parade
Gazouilla durant tout l’été
Mais un jour ce fût la panade
Elle n’avait plus rien à becqueter
Quand se pointa l’horrible hiver
Elle n’avait pas même un sandwich
A fair’ la manche dans l’ courant d’air
La pauvre se caillait les miches

REFRAIN
A gla gla
A gla gli
Si t’es rich’ t’auras des amis
A gla gla
A gla gli
C’est la Cigale et la Fourmi

La Fourmi qui était sa voisine
Avait de tout, même du caviar
Malheureusement cette radine
Lui offrit même pas un carambar
Je vous paierai dit la Cigale
J’ai du blé sur un compte en Suisse
L’autre lui dit : « Z’aurez peau d’ balle »
Tout en grignotant un’ saucisse

(REFRAIN)

« Que faisiez-vous l’été dernier ? »
— Je chantais sans penser au pèze
« Vous chantiez grattos pauvre niaise
A présent vous pouvez guincher ! »
Si tu veux vivre de chansons
Avec moins de bas que de haut
N’oublie jamais cette leçon :
Il vaut mieux être imprésario

REFRAIN
A gla gla
A gla gli
Si t’es rich’ t’auras des amis
A gla gla
A gla gli
C’est la Cigale et la Fourmi

Pour entendre la chanson de Pierre Perret, rendez-vous sur le site suivant :
http://www.wat.tv/video/pierre-perret-cigale-fourmi-4rflb_2fgqp_.html

Avec l’accent arabe par Pierre Péchin :

Et une autre version courte très drôle de Pierre Péchin :
http://video-streaming.orange.fr/tv/pierre-pechin-la-cigale-et-la-fourmi-archive-ina_18641611.html

Du côté de la diffusion dans d’autres langues

Français-anglais

La Cigale et la Fourmi The Cicada and the Ant
La Cigale, ayant chanté
Tout l’été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue :
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
« Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l’Oût, foi d’animal,
Intérêt et principal. »
La Fourmi n’est pas prêteuse :
C’est là son moindre défaut.
Que faisiez-vous au temps chaud?
Dit-elle à cette emprunteuse.
— Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
— Vous chantiez? j’en suis fort aise.
Eh bien! dansez maintenant.
The Cicada, having sung
All summer long,
Found herself wanting
When the north wind came.
Not a single morsel
Of fly or tiny worm.
She went begging for food
To her neighbour the Ant,
Asking her to lend her
Just a few grains to get by
Until the next season.
“I will pay you back, she said,
Before August, animal’s honor,
Interest and principal.”
The Ant is no lender:
This is the least of her faults.
“What were you doing during the warm days?
She said to this borrower.
—Night and day no matter what
I was singing, like it or not.
—You were singing? I’m very glad:
Very well, start dancing now.”

Vidéo en anglais :

Français-espagnol

La Cigale et la Fourmi La Cigarra y la Hormiga
La Cigale, ayant chanté
Tout l’été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue :
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
« Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l’Oût, foi d’animal,
Intérêt et principal. »
La Fourmi n’est pas prêteuse :
C’est là son moindre défaut.
Que faisiez-vous au temps chaud?
Dit-elle à cette emprunteuse.
— Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
— Vous chantiez? j’en suis fort aise.
Eh bien! dansez maintenant.
La Cigarra, habiendo cantado
Todo el verano,
Se encontró sin provisiones
Cuando el invierno llegó:
Ni un solo pedacito
De mosca o de gusano.
Ella fue a quejarse de hambre
A casa de la Hormiga, su vecina,
Suplicándole que le prestara
Algún grano para subsistir
Hasta la nueva estación.
“Os pagaré, le dijo ella,
Antes de Agosto, palabra de animal,
La deuda y sus intereses.”
La Hormiga no es generosa:
Ese es su único defecto.
¿Qué hacía usted cuando el timpo era caluroso?
Dijo ella a esta prestataria.
— Noche y día pasara lo que pasara
Yo cantaba, no os disguste.
— ¿Usted cantaba? Estoy muy contenta de ello.
¡Bien! baile ahora.

Vidéo en espagnol, sous-titres anglais (5:03) :
Il s’agit de l’histoire revisitée de la fable de Jean de La Fontaine, « La Cigale et la Fourmi », en espagnol. Pedro Rodriguez en a fait une animation intitulée « La Cigarra y la Hormiga », qu’il a réalisée en 2004. Les enfants comme les grands vont adorer.
http://www.wat.tv/video/cigale-fourmi-revisitee-1yihq_2fgqp_.html