Les mots dits maux = Chromo = Les maudits mots

Photography Prints; bestiaire-jaune-or-golden-bestiary-dominique-fortier; art for sale; fine art, digital work,

Le mot « chromo », qu’on employait à la maison, m’a toujours fait un peu rire. J’aime sa sonorité, sa couleur. Il fait image. Ce n’est pas un mot gentil, car à la notion de « laid, mal habillé ou d’un peu nounoune » s’ajoutait, dans certains cas, celle de « malfaisant ». Un chromo, donc, n’était pas un être qu’on voulait fréquenter.

Sell Art Online; vitrail-stained-glass-window-dominique-fortier; digital art; fine art; art

⚜ Chromo, n. m.
Prononciation : crô-mô (chez nous); cro-mô et crô-mô (en France)
⪺ Signification : Personne remarquablement laide, mal habillée ou demeurée (voir les définitions et les exemples tirés de divers ouvrages québécois ci-après)
≕ Synonymes : amanchure*, agrès, chenille à poil, gréement, pichou


Voici la définition que donnent le Grand Robert et le Larousse du mot « chromo ».

avril-chromo-grand-robert; définition; chromo; les mots dits maux; langue

avril-chromo-definition-larousse; 2017; définition; chromo; les mots dits maux; langue,


Au Québec, le sens s’est déplacé. Voici ce qu’en disent les dicos qui répertorient le mot :

Dans le Dulong (1999, p. 58)
CHROMO n. m. Fig. et péjor. Personne très laide. On se demande où elle a pu dénicher le chromo qui l’accompagnait.

Dans le Bélisle (1954, p. 210)
CHROMO n. m. (au Québec) Image, tableau mal réussi – Personne laide : quel chromo!

Dans Antidote (2014)  n.
– Reproduction en couleurs de qualité médiocre ou de mauvais goût.
– Québec, familier – Personne très laide.
Antidote ne se mouille pas en disant simplement que c’est un nom. Chez nous, c’était toujours un gars qu’on appelait « chromo », jamais une fille. Si ç’avait été une fille, on aurait peut-être féminisé en « chromote », sur le modèle de « cocotte », qui sait…

Dans le Multi (2009)
CHROMO nom masculin et féminin
DÉFINITIONS :
Nom masculin
Image en couleurs de mauvais goût. [Le Multi ne fait aucune mention de « personne très laide ».]
Nom féminin
Abréviation de chromolithographie.

Bon ben astheure que vous savez ce que c’est, un chromo, essayez d’en trouver d’en votre entourage. Mais attention, s’il y en a et que vous brûlez d’envie d’en parler, ne le dites qu’à quelqu’un en qui vous avez parfaitement confiance et qui ne le répétera pas… 😉 Et rappelez-vous, si ça s’ébruitait, qu’on est toujours le chromo de quelqu’un!


* La définition du mot Amanchure que donne le Dulong (p. 13) comme synonyme de chromo est trop savoureuse pour s’en priver. C’était également un mot qu’on utilisait souvent à la maison, et dans tous ces sens.

AMANCHURE, EMMANCHURE n. f. 1. Chose insolite, arrangement bizarre. Qu’est-ce que c’est cette amanchure? Syn. : patente [à la maison, on disait aussi patente à gosses] 2. Fig. et péjor. Personne remarquablement laide, mal habillée ou demeurée. Je n’irais pas au coin de la rue avec cette amanchure. Syn. : agrès (sens 3), chenille à poil, chromo, gréement. 3. Travail mal fait, bâclé. C’est toi qui as fait cette amanchure! Refais-moi ça convenablement et tout de suite!


 

Inextricable

Photography PrintsDominique Fortier
Inextricable, 2016
Photographie rehaussée d’effets numériques
Québec


Définition du Larousse en ligne (www.larousse.fr/dictionnaires/francais/inextricable) :

inextricable

adjectif

(latin inextricabilis, de extricare, démêler)

  • Qui ne peut être démêlé ; dont on ne peut reconnaître les éléments : Fouillis inextricable.
  • Embrouillé, complexe, qu’il est difficile de clarifier : Problème inextricable.

Autre définition, tirée cette fois d’Antidote (Antidote 9, v 3) :

inextricable, adjectif

Que l’on ne peut démêler. Un enchevêtrement inextricable. Un mystère complexe inextricable.
Dont on ne peut se retirer. Un maquis inextricable. Une situation, un gâchis inextricable.

Quand j’ai pris cette photo, ça m’a amenée à penser que c’est pas facile à démêler, le tien du mien, quand ça fait longtemps qu’on vit avec quelqu’un.

 

 

La p’tite hart

Hart, n. f. : fine branche dégarnie de ses feuilles et employée comme fouet.
https://i2.wp.com/openclipart.org/image/300px/svg_to_png/17424/xeolhades_mouth.png?resize=26%2C19 [prononcé « la p’ti-te hâr » avec un h bien aspiré
et sans le t final]

 Type de branches d'arbuste qui pourrait servir à fabriquer une petite hart devant servir de fouet. Hart rouge/Cornus stolonifera

Quand maman nous menaçait de la p’tite hart, on se poussait. C’est qu’elle était rendue à bout de nerfs et d’arguments, qui consistaient en général à des heures et des heures d’exaspération et d’avertissements de nous tenir tranquilles.

Sa patience, telle une carpette sur laquelle tout le monde s’essuyait les pieds ces jours-là ― des journées erratiques où tout avait commencé généralement par l’annonce, assez tôt le matin, d’une « tempête de marde » (décoder que la journée commençait ben mal et allait être longue et tumultueuse, comme lorsque les animaux sentent la tempête) ―, était usée à la corde. Elle avait atteint ses limites. Elle sortait de ses gonds et allait chercher sa p’tite hart. Aille! ouille ouille ouille! On s’écartait de son chemin. Là, on venait de comprendre.

Voici quelques définitions de ce petit mot frappant, tirées de vieux dictionnaires :
Définition du mot « hart » tirée du « Dictionnaire des canadianismes : nouvelle édition revue et augmentée », de Gaston Dulong, Sillery, Les éditions du Septentrion, 1999.
Définition du mot « hart » tirée du « Glossaire du parler français au Canada », par La société du parler français au Canada, Presses de l'université Laval, Québec, 1968. Réimpression de l'édition publiée en 1930 par l'Action Sociale ltée à Québec.
Définition du mot « hart » tirée du « Dictionnaire général de la langue française au Canada , de Louis-Alexandre Bélisle, Québec, Belisle Éditeur, 1957.
et son étymologie :
Étymologie du mot « hart » tirée du « Dictionnaire étymologique de la langue française » d'Oscar Bloch et Walther von Wartburg, 1re édition « quadrige : 2002 », PUF, 1932.

La p’tite hart constituait l’argument ultime avant le recours à « popa » et à sa main aussi raide et cinglante, sinon plus, qu’une branche de bois. Ces jours-là, personne ne souhaitait se rendre à cette dernière étape, et celles et ceux qui l’ont franchie s’en souviennent encore. Mais pas moi, car j’étais vraiment « pissoune » et je m’arrêtais avant.