L’amour des mots et des dicos

J’aime les mots. Depuis toujours. J’aime aussi les dicos depuis longtemps. Étudiante, j’en achetais dans les librairies qui vendaient des livres usagés parce que je n’avais pas les moyens de m’en acheter des neufs. Aussi, l’une des premières choses que j’ai faites lorsque j’ai gagné un salaire décent, ç’a été de m’acheter le Grand Larousse universel en 15 volumes. Chus pas une troud’cute! Plus tard, ç’a été Le Grand Robert de la langue française en 6 volumes. Voilà pour les dicos de référence de la grande langue, l’écrite, la littéraire, l’officielle, celle qu’il faut maîtriser pour ne pas avoir l’air trop troud’cute.

Mais je viens de la terre et j’ai toujours adoré la langue parlée rurale, constituée, pour beaucoup, de vieux mots. Celle de mes parents d’abord. De ma mère Maria, verbo-motrice illettrée colorée née dans un village de 10 personnes environ [une farce, mais quand même, une très petite place] littéralement assise sur la frontière américaine — en effet, certaines maisons ouvraient d’un côté au Québec et de l’autre aux États — d’un père maquignon un peu crapaud et d’une mère un peu germanique-tête-de-cochon qui s’appelait Laistre (certains de cette branche écrivent aujourd’hui leur nom Lettre). Son français s’émaillait de mots anglais… et elle l’ignorait. Par exemple, une fois arrivée en Abitibi, elle a utilisé le mot clothespin [prononcer « clôtse-pine »] pour « épingle à linge ». Elle a fait terriblement rire d’elle et a ainsi pris conscience de sa « différence » linguistique. Elle s’est appliquée par la suite à dire les mots en français.

Puis ensuite de mon père, le sage Raymond, silencieux parmi les silencieux, doux (sauf quand ma mère l’envoyait corriger celle ou celui qui avait fait quelque chose de croche), réservé, constant, travaillant, ultra religieux et conservateur, BCBG et instruit pour l’époque, en campagne, parce que né d’une mère provenant d’une lignée de maîtresses d’école (et elle-même institutrice) et de pépére Fortier, un doux Beauceron qui est monté en Abitibi pour établir ses trois fils, dont Raymond et son jumeau Gérard. Une très petite famille pour l’époque au Québec (années 1900‑1910). Le peu que Raymond disait reflétait le monde ancien de sa Beauce natale rurale. Des beaux mots roulants et érudits parfois (il ne le savait pas) comme « vasistas », qu’il utilisait pour parler de la petite fenêtre qui perçait le solage de béton de la cave ou de la beurrerie. Surprenant!

Puis j’ai aimé aussi le langage des autres parlants français, de France d’abord, en lisant des livres d’auteurs français comme Gide ou Giono, qui célébraient la nature, la terre et la vie pastorale et où j’apprenais de nombreux mots du « terroir » de nos cousins (qu’on utilisait aussi parfois), ou de San Antonio le comique dont l’argot était dur à comprendre pour une petite Québécoise (à vrai dire, je restais souvent en plan devant des mots qui ne se trouvaient pas dans le Petit Larousse illustré). Zola, Balzac et Hugo, je les ai aimés pour leur éclairage sur les classes sociales, les mœurs et la société de leur temps, le langage cru des rough and tough. J’aimais. J’adore aussi la chanson, et j’ai beaucoup écouté Brassens et Renaud (moins, mais avec toujours autant de plaisir).

dictionnaire-de-l-argot-francais-et-de-ses-origines-2001-larousse-bordas-HER, 2001; Jean-Paul Colin, Jean-Pierre Mével, Christian Leclère; Dictionnaire de l'argot français et de ses origines

Et puis j’ai connu la langue des Cadjins [on a longtemps dit Cajuns, qui est en fait la version anglaise de Cadiens*, soit les Acadiens de la Louisiane] de la Louisiane en allant enseigner le français pour le compte du CODOFIL. J’ai donc passé une année à Lafayette, logée chez un cousin Fortier de papa qui avait marié une Acadienne dont la mère parlait à peine l’anglais et dont les ancêtres avaient été déportés d’Acadie en 1755. Ceux-là « naviguaient » (ils ont les bateaux et la mer dans le sang) plutôt que conduire, et à l’Halloween, les enfants évidaient des « giraumons » plutôt que des citrouilles. Un mot français (Antilles) qu’on ne connaît pas au Québec. Des mots de mer et de terre. Savoureux!

VALDMAN, Albert (sous la dir. de), Kevin J. ROTTET et autres. Dictionary of Louisiana French: As Spoken in Cajun, Creole, and American Indian Communities, Jackson, University Press of Mississippi, 2010, 892 pages. Comprend un index English-French Louisiana. Liste des collaborateurs (et autres) d’Albert VALDMAN, senior editor, et de Kevin J. ROTTET, associate editor : Barry Jean ANCELET, Richard GUIDRY, Thomas A. KLINGLER, Amanda LaFleur, Tamara LINDNER, Michael D. PICONE et Dominique RYON, assistant editors. dictionnaire de Cadjin, français de la Louisiane

À l’époque, les vieux français, les français régionaux ou de types différents du français normé étaient passablement méprisés et comptaient pour peu parce qu’ils reflétaient le français parlé, moins « correct » que le français écrit. Mais les choses ont changé : les régionaux ont retrouvé une fierté de parler leur langue, malgré son imperfection aux yeux de la norme. Ainsi, on trouve de plus en plus de dictionnaires qui rendent compte de la réalité des gens de différents groupes de parlants français (argot de France [photo ci-dessus], français québécois, français d’Acadie [photo ci-dessous] ou de la Louisiane [photo ci-dessus]). De belles langues, encore vivantes et toujours d’actualité.

dictionnaire-du-francais-acadien-fides-yves-cormier-1999

Avec le temps, j’ai acheté des dicos répertoriant plusieurs de ces langages on pourrait dire « underground ». Et lorsque je pense à un mot de mon enfance qu’on n’entend plus souvent, je vais voir dans les dicos de français classiques que je possède s’il s’y trouve. Des fois il y apparaît, souvent avec la mention « vieilli » ou « anglicisme » (à ne pas utiliser dans les textes officiels), et parfois il n’y est tout simplement pas répertorié.

Et c’est là que les dicos régionaux ou d’argot sont utiles, car on peut y trouver ce qu’on cherche. Ça permet de saisir toutes les subtilités d’un texte et, en plus, ça « déniaise ».

  • VALDMAN, Albert (sous la dir. de), Kevin J. ROTTET et autres. Dictionary of Louisiana French: As Spoken in Cajun, Creole, and American Indian Communities, Jackson, University Press of Mississippi, 2010, 892 pages. Comprend un index English-French Louisiana. Liste des collaborateurs (et autres) d’Albert VALDMAN, senior editor, et de Kevin J. ROTTET, associate editor : Barry Jean ANCELET, Richard GUIDRY, Thomas A. KLINGLER, Amanda LaFleur, Tamara LINDNER, Michael D. PICONE et Dominique RYON, assistant editors. [C’est pas de la crotte.]

Dans un autre ordre d’idée
Si mon petit côté artiste vous intéresse : Des œuvres à regarder ou à acheter. Faites-vous plaisir!

Dominique Fortier sur Fine Art America

Fine Art America est un site qui vend des œuvres d’art qu’il est possible de se procurer sur toutes sortes de produits (impressions papier, posters, tasses, t-shirts, couvre-lits, rideaux de douches, batteries portatives de cellulaires, coquilles pour cellulaires etc.). Les impressions papier commandées sont produites à Toronto, alors on n’a pas à se préoccuper des droits de douane, et les frais de transport sont moins coûteux.


 

 

 

Débrêlé, ée

Sell Art Online
Dominique Fortier
Mode automnale 🎃 Fall Fashion
[Aurait pu s’appeler Épouvantail débrêlé]
(C’est un pléonasme, hein? C’est un pléonasme.)
Photographie
Québec (Québec)

À la demande presque générale (deux sur six-sept abonnés [hi! hi! hi!]), voici un article avec « pas de langue de bois » sur un mot qui m’intéresse.
Débrêlé, ée adjectif
⚓️Prononciation : dé-brê-lé
⚓️Étymologie populaire : du fin fond de mon enfance
⚓️Étymologie : Pour débraillé (dont le sens me semble le plus près de débrêlé), voici ce que le Bloch von Vartburg[1] donne comme étymologie :
Débrailler v.
Usuel surtout au participe passé, 1549 (sous la forme
desbraillé). Dérivé de l’ancien français braiel « ceinture », d’où brail, chez Froissart, dérivé lui-même de braie; débraillé signifie proprement « dont la ceinture qui retient les braies est dénouée ». [d’où le rapprochement avec l’exemple du Glossaire : Pourquoi ne mets-tu pas des bretelles? tu as toujours l’air débrélé = ta tenue a toujours l’air négligée.]
⚓️Signification : Débraillé, déboutonné, dont la tenue est négligée, dont les vêtements sont défaits
⚓️Synonymes : 🎭 débraillé, 🎭 déboutonné

Les mots que j’aime le plus sont, souvent, ceux qui ne figurent dans aucun dictionnaire de langue moderne. Ils me viennent de l’enfance, l’école et la télé n’ayant pas encore eu le temps de nous « normaliser ». Ils sont en grande partie de l’oralité, de la filiation paternelle (côté papa, c’était la belle élocution rurale de la Beauce ou de Dorchester doublée d’une lignée de maîtresses d’école sages, obéissantes, retenues et un peu classes) ou maternelle (côté maman, verbo-motrice carabinée non instruite, un peu impolie, un peu délinquante, très décidée et intelligente comme un singe : a tout appris seule).

J’aime la langue des vieux, des vieux mots, des vieux dictionnaires — parce que, faut pas croire qu’ils sortent de nulle part, les mots qu’on a appris à dire au berceau. Non, faut pas croire.

Voilà ce que j’ai trouvé au sujet de « débrêlé ». Pour moi, c’est le Glossaire du parler français au Canada[2] qui donne la définition la plus juste de l’emploi que nous en faisions à la maison :
Débrêlé, ée (debrelé) adj.
Débraillé, déboutonné, dont la tenue est négligée, dont les vêtements sont défaits.
Ex. : Pourquoi ne mets-tu pas des bretelles? tu as toujours l’air débrélé = ta tenue a toujours l’air négligée.
Dial. – Débrélé = dont les habits ne tiennent plus, ont été tiraillés, en Anjou [chez nous, c’était comme ça, sauf pour la prononciation; on disait « débrêlé »]; se débréler = se déculotter, en Normandie [chez nous, on n’employait pas le mot « débrêlé » dans ce sens].

Le Dulong[3] mentionne sensiblement la même chose, sauf qu’il introduit la notion de « débrêlage » dans le vêtement :
Débrélé, ée adj.
En piteux état, en parlant d’un vêtement et aussi de la personne qui porte ce vêtement, débraillé.
Ex : Ne va pas faire tes courses débrélé comme ça, habille-toi autrement! (Lanaudière)

Pour nous autres, en Abitibi, on ne parlait jamais d’un vêtement, mais bien d’une personne. Par exemple, on disait : « T’es donc ben débrêlée à matin! », mais jamais : « Ta robe est donc ben débrêlée ».

On parlait souvent des filles ainsi, moins des garçons, probablement parce que les filles, ça DOIT toujours être tirées à quatre épingles, être coquettes (ça, c’est mon petit côté sociologue, ou « psychologue à cinq cennes »).

Ça fa que, quand vous sortez, les filles, habillez-vous comme du monde. Vous allez mal paraître si vous êtes débrêlées (sous-entendu : Vous pognerez pas pantoute!).

Si vous connaissez ce mot, que vous l’avez déjà entendu et dit, faites-le-moi savoir. J’aimerais enrichir ma collection de « provenances ». ;‑))


[1] BLOCH, Oscar, et Walther VON WARTBURG, Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, PUF (1932), 1re édition « quadrige », 2002, 682 p.
[2] LA SOCIÉTÉ DU PARLER FRANÇAIS AU CANADA. Glossaire du parler français au Canada, Québec, Presses de l’Université Laval, 1968, 709 p.
[3] DULONG, Gaston. Dictionnaire des canadianismes, nouvelle édition revue et augmentée, Sillery (Québec), Les éditions du Septentrion, 1999, 549 p.

La p’tite hart

Hart, n. f. : fine branche dégarnie de ses feuilles et employée comme fouet.
https://i1.wp.com/openclipart.org/image/300px/svg_to_png/17424/xeolhades_mouth.png?resize=26%2C19 [prononcé « la p’ti-te hâr » avec un h bien aspiré
et sans le t final]

 Type de branches d'arbuste qui pourrait servir à fabriquer une petite hart devant servir de fouet. Hart rouge/Cornus stolonifera

Quand maman nous menaçait de la p’tite hart, on se poussait. C’est qu’elle était rendue à bout de nerfs et d’arguments, qui consistaient en général à des heures et des heures d’exaspération et d’avertissements de nous tenir tranquilles.

Sa patience, telle une carpette sur laquelle tout le monde s’essuyait les pieds ces jours-là ― des journées erratiques où tout avait commencé généralement par l’annonce, assez tôt le matin, d’une « tempête de marde » (décoder que la journée commençait ben mal et allait être longue et tumultueuse, comme lorsque les animaux sentent la tempête) ―, était usée à la corde. Elle avait atteint ses limites. Elle sortait de ses gonds et allait chercher sa p’tite hart. Aille! ouille ouille ouille! On s’écartait de son chemin. Là, on venait de comprendre.

Voici quelques définitions de ce petit mot frappant, tirées de vieux dictionnaires :
Définition du mot « hart » tirée du « Dictionnaire des canadianismes : nouvelle édition revue et augmentée », de Gaston Dulong, Sillery, Les éditions du Septentrion, 1999.
Définition du mot « hart » tirée du « Glossaire du parler français au Canada », par La société du parler français au Canada, Presses de l'université Laval, Québec, 1968. Réimpression de l'édition publiée en 1930 par l'Action Sociale ltée à Québec.
Définition du mot « hart » tirée du « Dictionnaire général de la langue française au Canada , de Louis-Alexandre Bélisle, Québec, Belisle Éditeur, 1957.
et son étymologie :
Étymologie du mot « hart » tirée du « Dictionnaire étymologique de la langue française » d'Oscar Bloch et Walther von Wartburg, 1re édition « quadrige : 2002 », PUF, 1932.

La p’tite hart constituait l’argument ultime avant le recours à « popa » et à sa main aussi raide et cinglante, sinon plus, qu’une branche de bois. Ces jours-là, personne ne souhaitait se rendre à cette dernière étape, et celles et ceux qui l’ont franchie s’en souviennent encore. Mais pas moi, car j’étais vraiment « pissoune » et je m’arrêtais avant.